Parcours d’anciens #9 : MIAGE & Gestion, le mix parfait!

with Pas de commentaire

Franck MSellati

1° Bonjour Franck, merci d’avoir accepté notre invitation à partager ton parcours post-MIAGE. Peux-tu te présenter ?

Bonjour Christophe, bonjour à tous, je m’appelle Franck Msellati, j’ai 27 ans et j’ai eu mon Master MIAGE Bordeaux en 2010, déjà !

A la fin de mes études et de mon apprentissage au sein du groupe Orange, j’ai intégré il y a deux ans le service Méthodes et Procédures de la Direction de Process Stocks et Immobilisations.

Notre direction est responsable de la comptabilisation des stocks et immobilisations des entités France Télécom et Orange France principalement, ainsi qu’un certain nombre de filiales du groupe. Le service dans lequel je travaille prend en charge des dossiers transverses en mode projet pour lesquels des traitements comptables spécifiques sont à opérer. Il peut s’agir de cas d’évolutions normatives ou de système d’information ou encore de composantes importantes de notre réseau physique ayant un impact sur la comptabilisation de notre patrimoine.

2° Quel a été ton cursus universitaire avant-MIAGE et après la MIAGE ?

Après mon Bac j’ai fait une année de physique en faculté des sciences, qui ne m’a pas beaucoup emballée… Je me suis donc recyclé dans le domaine de la gestion qui me paraissait plus concret, surtout en termes de débouchés professionnels. J’ai donc suivi le cursus Gestion des Entreprises et des Administrations (IUT GEA) sur deux ans que j’ai voulu compléter par la licence professionnelle Gestion Informatisée des Organisations (GIO). J’ai ensuite souhaité continuer mes études en accentuant l’aspect « double-compétence » de mon parcours. La MIAGE était toute choisie ! J’ai été tout de suite séduit par son contenu pédagogique et professionnalisant.

3° Dans le mot MIAGE, ton profil ressemble davantage à quelle lettre ?

(MIAGE : Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises)

Clairement, le ‘G’ de Gestion ! Mes connaissances en informatique sont plus « additionnelles » à mes yeux. Mon métier c’est la gestion, mais je peux l’exercer dans un domaine que j’affectionne, les systèmes d’information.

4° Quelle(s) matière(s) t’auras le plus marqué et utilises-tu le plus actuellement ?

La matière qui me sert le plus est sans conteste la comptabilité de gestion (Clin d’oeil à M. Pourtier) mais c’est surtout parce que je travaille dans un service comptable. L’univers de la gestion semble trop vaste pour en couvrir tous les domaines avec un seul métier. Cependant, si je change de métier, je ne doute pas que les connaissances accumulées à la MIAGE dans d’autres matières me seront utiles.

Les expériences les plus utiles au sein de la MIAGE sont plus à mes yeux les projets et les stages ou encore l’apprentissage. Le travail en équipe, la rédaction de dossiers et de rapport, les présentations orales et la gestion de plusieurs projets en parallèle sont, à mes yeux, les éléments les plus importants de la formation.

5° Quelle était ta motivation pour ton poste actuel ?

Mon poste actuel me permet de travailler sur des dossiers transverses. Je suis en relation avec des contrôleurs de gestion, des opérationnels, des experts normatifs, des fiscalistes ou des MOA. Cela me permet de faire évoluer mes connaissances et mon réseau. Ce sont ces aspects « relationnel » et « projet » qui m’ont attiré vers ce poste.

 6° Penses-tu que ton diplôme MIAGE a été un réel avantage pour obtenir ce poste ?

Oui clairement. L’aspect « double compétence » est un avantage incontestable. C’est très recherché et utile dans les organes financiers des groupes. D’ailleurs, on commence à voir que les formations « pure gestion » ajoutent des contenus informatiques à leur offre. Mais le label MIAGE reste une valeur sûre et le réseau d’ancien pourrait permettre de se bâtir des exclusivités à l’embauche.

7° Quelle est ton salaire d’embauche ? Et celui actuel ?

J’ai été embauché après un an d’apprentissage à 31000 €. Après deux années sur mon poste je suis à 34500 € annuel, la fourchette moyenne d’un miagiste de ma promotion je pense. (la promotion 2010 étant aux alentours de 33000€ brut annuel, source « enquête devenir 2012 »)

8°  Te sens-tu à l’aise dans ton entreprise ? Combien de temps te laisses-tu pour envisager une évolution/changement ?

Je me sens très bien là où je suis mais je reste conscient qu’il faut savoir bouger pour évoluer dans sa carrière. Trois à cinq ans sur un poste me paraît être raisonnable.

9° Quelles sont tes perspectives d’évolution futures ?

Je souhaite continuer ma carrière dans l’univers de la finance. A partir de là, je peux choisir de rester dans la comptabilité, de tenter ma chance en contrôle de gestion ou encore de travailler en MOA finance. Ça dépendra surtout des opportunités qui s’offriront à moi.

10° Parle-nous de tes projets personnelles ? L’entrepreneuriat peut être ?

Je souhaite rester et évoluer au sein de mon entreprise. Je crois que ce type de structure me correspond mieux. Il y a beaucoup de perspectives d’évolutions et d’orientations et une meilleure sécurité de l’emploi. L’entrepreneuriat me paraît être un pari trop risqué par les temps qui courent.

11° Quelques conseils d’orientation aux jeunes diplômés donnerais-tu sur leurs choix de carrières ?

J’ai toujours eu la sensation qu’il est plus pertinent de chercher à être embauché dans un groupe assez important et connu dans lequel notre profil n’est pas réduit à la revente de notre compétence informatique comme chez les SSI.

12° Qui espères-tu toucher le plus, par ton témoignage ?

J’espère sincèrement que mon profil et mon parcours donnent des perspectives d’alternatives au parcours classique du miagiste qui se lance dans un jeu de chaises musicales au sein des différentes SSII présentes sur le marché. Le miagiste n’est pas condamné à « pisser du code » en début de carrière comme je me le suis trop souvent entendu dire lors d’entretiens d’embauche.

Merci Franck et rendez-vous le 22 mars 2013 pour le 5e Gala MIAGE!