Parcours d’anciens #12 : il était une fois un Miagiste AMBitieux !

with Pas de commentaire

Stéphane, le miagiste d’avant l’an 2000…

Toute l’équipe ALUMNI de la MIAGE de Bordeaux vous adresse ses meilleurs vœux Miagiste pour cette année 2016 !
Et pour bien débuter cette nouvelle année, nous vous proposons la première édition 2016 du parcours d’anciens, avec le témoignage d’un miagiste du siècle dernier, Stéphane Liénéré, Directeur Technique et Innovations chez Cartégie, société bordelaise spécialisée dans la donnée marketing et commerciale.

Cartegie-logo

Bonjour Stéphane et merci pour ton temps. Peux-tu te présenter rapidement ?

Bonjour à tous, je m’appelle Stéphane Liénéré, j’ai 40 ans, père de 2 enfants et je suis de la promotion 1999. J’ai intégré l’entreprise Cabinet Régis Barbier en tant que développeur suite à mon stage de fin d’étude, il y a 16 ans maintenant ! Peu de temps après mon entrée, la société a changé de nom pour devenir Cartégie, elle fait près de 15 M€ de chiffre d’affaire et je fais quasiment partie des murs (sourire) !

16 ans déjà ! Peux-tu nous parler de ton poste actuel chez Cartégie ? Quelles sont tes responsabilités ?

Aujourd’hui, ma mission de Directeur Technique consiste à m’occuper de quatre grands domaines :
• la Production qui s’occupe des dossiers pour le compte des clients (BtoB et BtoC) : cela correspond à la vente de bases de données au traitement des données et à l’enrichissement des données (collecter des données sur les particuliers et les entreprises auprès de fournisseurs tels que La Poste, Cdiscount…),
• le Domaine Edition qui a en charge le développement des applicatifs en mode SaaS (software as a Service, ndlr),
• le Big Data Lab qui est un domaine assez récent chez nous depuis plus d’1 an et qui a le vent en poupe !
• le domaine Architecture / Système d’Information dont la mission est de maintenir et faire évoluer l’architecture système ainsi que l’évolution du système d’information interne (ERP).

Bien que chaque domaine soit supervisé par un Chef de Projet, je reste d’un naturel très humain, et tiens à rester en contact avec tout le monde !

Cartegie-logo

Pour mieux vous présenter Cartégie, nous sommes actuellement 35 personnes dans nos locaux de Bruges (le siège social) et une soixantaine en France avec une implantation à Paris et à Strasbourg. La boîte ne dépend d’aucun fond d’investissement puisque l’entreprise est détenue à 100% par son créateur et président M. Régis Barbier. Les revenus que nous générons nous permettent de faire une croissance externe par des rachats d’entreprises dans le secteur du marketing direct. Ces sociétés sont expertes en valorisation des processus marketing.

Si je comprends bien, tu as travaillé uniquement dans cette entreprise depuis ton diplôme. Pourquoi avoir choisi une PME pour un premier emploi alors qu’à ta sortie de MIAGE en 1999, tu profitais des débuts de la bulle Internet et des services numériques? Ne regrettes-tu pas de ne pas avoir commencé ta carrière dans une plus grande structure ?

En effet, suite à mon stage de fin d’étude, j’ai poursuivi avec un CDI en tant qu’Ingénieur Développement chez Cartégie. Le monde des ESN « standards » ne m’intéressait pas plus que ça et mon stage m’avait plu, donc sans regrets ;).
Néanmoins, je reconnais qu’il y a beaucoup plus d’opportunités d’évolution dans les ESN même si je m’éclate toujours autant chez Cartegie, puisque la bulle est loin d’être terminée avec l’explosion des objets connectés et l’avènement de la Big Data !

Pourvu que ça dure ! Peux-tu nous retracer ton évolution au sein de Cartégie ?

Au début, nous étions une quinzaine dans l’entreprise. Mes premiers pas dans l’entreprise tournaient autour de problématiques sur de la cartographie (et oui, Google Maps n’était que fiction !). Le but était de pouvoir géolocaliser les clients de nos clients.
Après deux ans, j’ai eu une autre opportunité ailleurs, et Cartegie a réagi en me proposant un poste de Chef de Projet Technique que j’ai accepté immédiatement. Ce poste m’a apporté des responsabilités en gestion de projet et en management.
L’entreprise avait le vent en poupe, en pleine croissance jusqu’à l’explosion de la bulle internet en 2002. Suite à une importante vague de licenciements, j’ai eu la chance d’obtenir d’avantage de responsabilités suite à la restructuration des activités et des équipes.
Au fil du temps, j’ai obtenu le titre de Directeur Technique en 2011.
Les challenges sont constants et en perpétuels mouvements et j’adore ça ! La routine ne s’installe pas grâce aux nouveaux défis. Je suis assez curieux et autodidacte, donc ça m’aide pas mal.

Tu parles d’apprentissage… comment te mets-tu à jour dans un environnement numérique qui bouge à une telle vitesse ?

Tout d’abord, je participe à pas mal de formations (plutôt logique non ? 🙂 ).
Plus sérieusement, je découvre beaucoup d’outils, méthodes grâce à nos clients qui nous apportent beaucoup de nouveaux sujets.
Pour essayer de les accompagner au mieux, je dois me mettre « à la page régulièrement » dans le cadre de l’évolution de la législation par exemple ! Si on prend nos clients banquiers, suite à la loi Eckert de 2012, les banques doivent donner la preuve qu’une personne qui détient une assurance vie est encore vivante. Sinon, il faut qu’elles recherchent les éventuels ayants droits afin de clôturer ce contrat et rendre cet argent !

On observe depuis 7 ans environ une réelle transformation numérique autour de la donnée.

Mais pourquoi avoir choisi une formation telle que la MIAGE ? Comment était la MIAGE à ton époque ?

Après mon BAC à Niort, j’ai suivi un DUT Informatique à La Rochelle, que j’ai terminé par un stage dans le domaine agricole, à la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles grâce à mes relations. J’ai continué à travailler pour eux via la Junior Entreprise de la MIAGE (la JUMBO, ndlr).
J’ai naturellement choisi la MIAGE car intégrer une école d’ingénieur coûte très chère. A l’époque, c’était un IUP : une sorte d’école dans la fac !
C’était un Bac+4. Nous avions nos propres cours et il n’y avait aucun cours en commun avec d’autres filières. Pour ma première année (Bac+3), j’ai effectué mon stage à la Direction Régionale de l’Environnement, où j’ai travaillé sur un Système d’Information autour de l’eau.
Pour ma deuxième année (Bac+4), c’est là que j’ai intégré Cartégie pour mon stage de fin d’étude.
Je me souviens encore de la bonne ambiance et de l’ouverture d’esprit que la MIAGE m’a apporté. Avec du recul, je pense qu’il manque une (ou des) matière(s) de management à la MIAGE. Cependant, je me rends compte que cette formation est un réel plus pour le poste que j’occupe puisque mon poste est foncièrement un mélange d’informatique et de gestion.

Que représente la “Gestion” dans ton travail actuel ?

Nos métiers sont assez transverses : Communication, Comptabilité, Gestion, Marketing…
Pour ma part, je travaille essentiellement sur de l’analytique : j’exploite énormément de tableaux de bords etc… La partie analytique (gestion des ressources, analyse de la productivité, analyse de la rentabilité de l’entreprise grâce à des tableaux de bord) représente une grosse partie de mon activité.
La partie comptabilité et administration des ventes représente 10% de mon temps environ.
A côté de ça, j’effectue beaucoup de formations.

Avec toutes ces casquettes, afin d’avoir une idée fixe, combien gagne un directeur technique en début de carrière ?

Hé Hé la question tabou ! A l’embauche chez Cartegie, en 1999 je gagnais 12500 Francs ! (moins de 1600€)
Maintenant, je pense que le salaire d’un Directeur Technique dépend de l’expérience et de la taille de l’entreprise. Je ne vous donnerais qu’une fourchette entre 65 k€ et 75 k€ en province avec un profil comme le mien avec 16 ans d’expériences!

Je vois que tu t’orientes de plus en plus vers de la gestion, le management. Comment vois-tu ton évolution future ?

Mon but principal : continuer à m’éclater au travail ! Mais l’ambition ne manque pas. Tout dépend des opportunités à venir. Pour l’instant, je n’ai pas envie de partir de chez Cartégie. Il y fait bon travailler!

Merci Stéphane pour tes réponses, pour terminer, peux tu donner quelques conseils d’orientations aux jeunes diplômés pour leur choix de carrière ?

Tout d’abord, bien réfléchir aux choix que l’on fait dès le départ. Par exemple, certains camarades de ma promotion se sont (gentiment ! 🙂 ) moqués de moi car j’ai fait le choix de travailler dans une petite structure avec un salaire moins élevé que le leur. Mais, il ne faut pas oublier non plus que la vie est faite de chance et d’opportunités. Pour moi, le salaire ne doit pas conduire les choix, c’est plutôt la mission, le cadre de travail qui doivent être priorisés.
De surcroît, il ne faut pas croire qu’on sort Chef de Projet ou Responsable Technique après la MIAGE ! La MIAGE est cependant un super tremplin pour y parvenir plus rapidement.

Encore merci Stéphane pour ton témoignage et à très bientôt aux évènements MIAGE!

Avec plaisir ! MIAGE un jour MIAGE Toujours n’est-ce pas ? RDV au Gala MIAGE 2016 j’espère !

….Et il vécut heureux et finit Directeur Technique!